Sommet du G7 au Canada

Canada’s Prime Minister Justin Trudeau listens while addressing the final news conference of the G7 summit in the Charlevoix city of La Malbaie, Quebec, Canada, June 9, 2018. REUTERS/Yves Herman

Le premier ministre conclut un Sommet du G7 fructueux portant sur la création d’une croissance économique qui profite au plus grand nombre

Dans le cadre de sa présidence du G7 de 2018, le Canada a mis de l’avant un programme progressiste qui reflète nos valeurs et nos ambitions. Cette semaine, les dirigeants du G7 se sont réunis dans la région de Charlevoix, au Québec, afin de trouver des solutions concrètes aux défis mondiaux urgents – des solutions qui feront une vraie différence dans la vie des gens dans nos pays et partout dans le monde.

Au Sommet, les dirigeants du G7 ont discuté des moyens d’investir dans la croissance économique qui profite au plus grand nombre et de préparer les gens aux emplois de l’avenir. Ils ont réitéré leur engagement à faire avancer l’égalité des sexes, à défendre leurs démocraties contre les menaces étrangères et à bâtir un monde plus pacifique et plus sûr. Ils ont aussi discuté des changements climatiques, des océans et de l’énergie propre.

Hier, le Canada, de concert avec l’Union européenne, l’Allemagne, le Japon, le Royaume-Uni et la Banque mondiale, a annoncé un investissement de près de 3,8 milliards de dollars canadiens pour offrir une éducation de qualité aux femmes et aux filles qui vivent en situation de crise, de conflit ou dans les États fragiles. Il s’agit du plus grand investissement de ce genre jamais réalisé. L’éducation joue un rôle primordial dans la lutte pour l’égalité. Elle offre aux femmes et aux filles les outils dont elles ont besoin pour prendre leurs propres décisions quant à leur avenir et vivre leur propre vie.

Tout au long du Sommet, les dirigeants ont discuté de l’avenir de l’économie. Ils ont souligné leur responsabilité commune de créer une croissance économique durable qui profite au plus grand nombre, en particulier à ceux qui risquent d’être laissés pour compte. Ils ont signé la Déclaration de Charlevoix en matière d’égalité et de croissance économique, qui renforce l’engagement commun à combattre la pauvreté, à parvenir à l’égalité des sexes, à réduire les inégalités des revenus et à offrir un meilleur accès aux ressources financières pour que chacun puisse bien gagner sa vie. Ils ont aussi pris l’engagement de mettre de l’avant une vision commune pour l’avenir de l’intelligence artificielle, en plus de promouvoir des modes de financement innovateurs qui favorisent le développement international ainsi que l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes.

Les dirigeants du G7 ont discuté des moyens de lutter contre les changements climatiques et de l’importance d’investir dans l’énergie propre et de protéger nos océans et nos communautés côtières. Conscients du fait que le plastique représente une menace importante pour nos océans, cinq pays ont convenu d’adopter la Charte sur les plastiques dans les océans, qui témoigne de notre détermination commune à éliminer la pollution plastique. Il s’agit d’une étape positive pour l’environnement ainsi que pour les entreprises, qui feront des gains en réduisant leurs coûts associés à l’emploi du plastique. S’appuyant sur cette initiative, le Canada investira 100 millions de dollars pour éliminer la pollution plastique et les déchets marins dans les océans de la planète.

Les dirigeants du G7 se sont entendus sur le Plan d’action de Charlevoix pour la santé des océans et des mers et des communautés côtières résilientes, qui favorisera les océans et les pêches durables ainsi que la résilience des côtes et des communautés côtières. Le Canada investira 162 millions de dollars à ces fins, en plus de préserver la santé et la résilience de nos océans et de nos côtes.

Pour bâtir un monde plus pacifique et plus sûr, les dirigeants se sont aussi engagés à prendre des mesures fermes en réponse aux acteurs étrangers qui tentent de compromettre nos sociétés et nos institutions démocratiques, nos processus électoraux et notre souveraineté. Ils ont décidé d’établir un mécanisme d’intervention rapide du G7, qui permettra de renforcer la coordination entre les pays afin de cerner ces menaces variées et en constante évolution et d’y répondre. Dans le cadre de cette initiative, les pays du G7 partageront de l’information et des résultats d’analyse, en plus de trouver de nouvelles avenues de collaboration pour défendre nos démocraties.

En tant que dirigeants, nous veillerons à ce que tous les travailleurs puissent obtenir les compétences et l’éducation dont ils ont besoin pour s’adapter à l’économie mondiale qui évolue rapidement et pour réussir. Plus particulièrement, nous élargirons les programmes de formation des compétences et d’éducation pour les femmes dans les domaines de la science, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STIM), afin de bâtir une économie tournée vers l’avenir pour le bien des générations futures.

En marge du Sommet du G7, le premier ministre a également rencontré plusieurs dirigeants mondiaux et le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, afin de promouvoir une coopération et une collaboration accrues à l’égard des enjeux d’intérêt mutuel. Ils ont discuté d’égalité des sexes, de changements climatiques, de paix et de sécurité ainsi que de croissance économique – les grands thèmes de la présidence canadienne du G7.

Le Canada espère que le G7 de cette année marquera le début d’une nouvelle tradition qui consiste à faire de l’égalité des sexes un thème transversal des présidences du G7. Au cours des mois et des années à venir, nous devons poursuivre notre collaboration afin d’encourager l’innovation, de faire passer les gens en premier et de favoriser une croissance économique qui profite au plus grand nombre. Ensemble, les dirigeants ont véritablement la chance d’améliorer la vie de leurs citoyens et de bâtir des communautés et des économies plus fortes. Les discussions qu’ils ont tenues au cours des deux derniers jours aideront à régler certains des enjeux les plus urgents de la planète. Le Canada est impatient de poursuivre son travail avec ses partenaires afin de réaliser des solutions concrètes pour les gens à travers le monde.

Citation

« Nous faisons face à des enjeux sociaux, économiques et environnementaux urgents qui transcendent les frontières. Ce n’est qu’en travaillant tous ensemble que nous pourrons trouver les solutions innovatrices dont nous avons besoin pour parvenir à des résultats significatifs pour les gens à travers le monde. Le Canada est déterminé à travailler de concert avec les autres pays pour combattre les inégalités, créer une croissance économique qui profite au plus grand nombre et laisser une planète en meilleur état aux générations de demain. »
Le très hon. Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Faits saillants

  • Avant de rencontrer le premier ministre Trudeau, des dirigeants mondiaux et chefs d’organisations internationales ont participé à une séance de mobilisation spéciale du Sommet du G7 qui portait sur la santé des océans et la résilience des communautés côtières.
  • En plus de rencontrer les dirigeants du G7, le premier ministre a tenu des rencontres bilatérales avec les dirigeants suivants :
    • Mauricio Macri, président de l’Argentine et président du G20
    • Sheikh Hasina, première ministre du Bangladesh
    • Uhuru Kenyatta, président du Kenya
    • Paul Kagame, président du Rwanda et président de l’Union africaine
    • Macky Sall, président du Sénégal
    • Cyril Ramaphosa, président de l’Afrique du Sud
    • Nguyễn Xuân Phúc, premier ministre du Vietnam
  • Le premier ministre a aussi participé à une table ronde avec les dirigeants de petits États insulaires en développement.
  • Le 7 juin, le premier ministre Trudeau a publié un rapport intitulé Réaliser une croissance qui profite à tout le monde afin de souligner les obstacles économiques que vivent nos citoyens et les solutions que nous pouvons adopter ensemble pour les surmonter.
  • Le G7 est un groupe informel de sept économies du monde développé. Il comprend le Canada, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Japon, le Royaume-Uni et les États-Unis. L’Union européenne a été conviée au Sommet du G7 pour la première fois en 1977, mais elle ne fait pas partie du cycle de rotation de l’accueil des sommets.
  • En 2019, la France occupera la présidence du G7.
  • Les sommets canadiens précédents se sont tenus à Muskoka, en Ontario (2010); à Kananaskis, en Alberta (2002); à Halifax, en Nouvelle-Écosse (1995); à Toronto, en Ontario (1988); et à Ottawa, en Ontario, et Montebello, au Québec (1981).