« Cinéma direct, l’école québécoise » à la Cinémathèque de Toulouse

« Cinéma direct, l’école québécoise » à la Cinémathèque de Toulouse

« Un autre cinéma possible. C’est l’idée qui agitait une frange de cinéastes à la fin des années 1950, début des années 1960. Un autre cinéma possible, c’est à dire une approche différente du réel. Comment l’enregistrer le plus justement possible et comment interagir avec, ou agir sur, lui. Une question primordiale, au-delà du réalisme ontologique que défendait Bazin. Comment représenter le réel ? Et quand bien même, quel réel le cinéma peut-il représenter ? Des questions qui sont à la base de toute réflexion sur le cinéma et qui ne supportent toujours aucune réponse définitive.
C’est ce que l’on a eu appelé cinéma-vérité en France et dont on situe l’origine dans Chronique d’un été (1961) de Jean Rouch et Edgar Morin. Un film matriciel au générique duquel on retrouve un certain Michel Brault, opérateur et cinéaste québécois. Ce qui n’est pas un hasard, le cinéma québécois ayant amorcé le virage le premier.
Né au cinéma documentaire et infiltrant le cinéma de fiction, le cinéma direct développé par les cinéastes québécois de l’ONF (l’Office national du film du Canada) est un jalon important de ces réflexions et une tentative d’y répondre qui portera sur toute la production cinématographique qui suivra. Ou comment, à la question : la vérité est-elle fabriquée ?, des cinéastes ont répondu : la vérité est dans la fabrication.
La première réponse est mécanique et on la doit à Michel Brault qui a mis au point un système de synchronisation entre un Nagra et la fameuse 16 mm Éclair-Coutant. Légèreté, mobilité et son synchrone. Une véritable révolution copernicienne pour le documentaire, dont on a du mal aujourd’hui à imaginer l’impact, et qui a complètement bouleversé le cinéma dans son rapport au réel, à la fois pratique et théorique. Une révolution copernicienne qui va ouvrir une nouvelle écriture cinématographique dont l’esthétique ne peut être départie d’un rapport politique au monde.
Une programmation montée en collaboration avec la Cinémathèque québécoise – dont Guillaume Lafleur, son directeur de la diffusion et de la programmation, nous fait l’amitié de sa présence – et en partenariat avec l’ONF. Et prolongée par une rétrospective de Jean-François Caissy (qui nous fait également l’amitié de sa présence), documentariste contemporain dont le travail s’inscrit dans le prolongement de ce fameux cinéma direct. Des racines à ses ramifications, retour sur une école essentielle du cinéma. »
Franck Lubet, responsable de la programmation

En partenariat avec la Cinémathèque québécoise et l’Office national du film du Canada et avec le soutien de la Cinémathèque du documentaire

Retrouvez le cycle Cinéma direct, l’école québécoise sur les ondes de Radio Mon Païs (90.1 FM).

Découvrez les différentes projections proposées du 10 avril au 25 mai !