Montréal va acquérir le site des Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph

Ecrit par Association Nationale France-Canada on. Posté dans Actualité

Article vu sur Radio-Canada

La Ville de Montréal va acheter les propriétés appartenant aux Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph dans l’arrondissement Plateau-Mont-Royal. L’ensemble patrimonial, qui s’étend sur 36.605 m2 à l’angle de l’avenue des Pins et de l’avenue du Parc, pourra ainsi être protégé et mis en valeur.

les plantes potagères et des arbres fruitiers

Depuis la fin des années 1860, les Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph ont cultivé des plantes potagères et des arbres fruitiers. Photo : Anne-Louise Despatie

L’annonce de cette acquisition a été faite lundi matin par le maire de Montréal Denis Coderre, accompagné pour l’occasion de la supérieure générale de la congrégation religieuse, soeur Marie-Thérèse Laliberté.

Les propriétés que la Ville va acquérir comprennent le couvent, le musée, trois chapelles, des jardins et des bâtiments de service. Seule la crypte, qui abrite notamment les restes de Jeanne Mance, cofondatrice de Montréal et fondatrice de l’Hôtel-Dieu, restera entre les mains de la congrégation.

Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé parce que des évaluations et des négociations sont toujours en cours, a précisé le maire Coderre, selon qui elles seront conclues d’ici six mois. Il sera publiquement dévoilé au moment opportun, a-t-il assuré.

On parle toujours d’avenir, mais c’est important et essentiel de se rappeler d’où on vient. Aujourd’hui, c’est un énorme merci à la Congrégation des Soeurs Hospitalières de Saint-Joseph. Si on est ici aujourd’hui, c’est beaucoup grâce à vous, à ce que vous avez apporté à Montréal – on pense évidemment à Jeanne Mance. _ Denis Coderre, maire de Montréal _

Un site à repenser

Les religieuses seront elles-mêmes relocalisées au pavillon Masson de l’Hôtel-Dieu, qui devrait être rénové et agrandi pour l’occasion.

Le maire a aussi indiqué qu’une centaine de logements sociaux seront construits sur une partie des terrains de l’Hôtel-Dieu actuellement utilisés comme stationnement. M. Coderre a expliqué avoir eu des discussions préliminaires à ce sujet avec le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

murs de pierre

Derrière les murs de pierre, on trouve un domaine privé immense à l’ombre de l’Hôtel-Dieu. Les jardins et les vergers seront ouverts au public. La Ville, qui annonce son intention d’acquérir la propriété, permettra au public d’y venir, mais en respectant la quiétude des lieux : il y a peu de chance qu’on retrouve les tam-tams du Mont-Royal sous les pommiers des Hospitalières de Saint-Joseph. Photo : Anne-Louise Despatie

Les jardins situés sur le terrain deviendront accessibles à la population au terme du processus, a également affirmé M. Coderre.

Le plan directeur de mise en valeur du site sera soumis à « une discussion » avec les Montréalais d’ici la fin de l’année. Des consultations publiques sur ce plan seront ensuite réalisées par l’Office de consultation publique de Montréal.

La mise en valeur des bâtiments se fera en fonction de cinq principes précis, ont assuré le maire Coderre et soeur Laliberté:

  • la préservation de l’esprit des lieux;
  • le respect des valeurs de la Congrégation et de sa mission spirituelle;
  • la protection et la pérennisation du patrimoine bâti et naturel;
  • la cohérence avec l’histoire du site;
  • l’ouverture sur la collectivité et la réponse à ses besoins.
les vergers

Dans ces vergers en ville, on compte 80 arbres fruitiers, dont 50 pommiers. Photo : Anne-Louise Despatie

Le maire Coderre a déjà lancé plusieurs idées pour l’avenir du patrimoine bâti de la congrégation. Il a évoqué la création d’un centre d’archives religieuses dans la maison-mère, une expansion du musée déjà présent sur le site et la possibilité qu’une école de métiers déménage sur le site.

M. Coderre affirme haut et fort qu’aucun condominium ne sera érigé sur le terrain des religieuses.

  À écouter :
le caveau

Peu de gens ont pu entrer dans le caveau qui abritait les récoltes servant à nourrir les religieuses et leurs patients. Photo : Anne-Louise Despatie

Une journée d’émotions pour les soeurs

Prenant la parole après le maire Coderre, soeur Marie-Thérèse Laliberté n’a pas caché qu’elle était « très émue » de ce dénouement. La congrégation réfléchissait à l’avenir du site depuis 2012, a-t-elle dit. « Nous diminuons en nombre, et ceux qui restent augmentent en âge », a-t-elle résumé.

La Ville a finalement manifesté son intérêt au début de 2015 – « on les avait alertés un petit peu », a laissé tomber la religieuse, sourire en coin – et la transaction a été conclue à la fin de mars 2016.

La chapelle de la Sainte-Vierge

La petite chapelle de la Sainte-Vierge est nichée au centre de la propriété. Sa construction a commencé en 1861 et l’autel est celui qui se trouvait dans la vieille chapelle de la rue Saint-Paul.

« La communauté des Hospitalières de Saint-Joseph, les Sœurs de l’Hôtel-Dieu comme on les appelait, vivra donc bientôt une autre étape de son histoire de plus de 350 ans à Montréal », a déclaré soeur Laliberté.

« Arrivées en 1659, dans un très petit hôpital érigé par Jeanne Mance vers 1642, elles ont connu un long périple: soins des malades et des blessés, les incendies, constructions et reconstructions de l’hôpital de la rue Saint-Paul, le déménagement sur le site actuel en 1861 et les nombreux développements depuis. »

« Aujourd’hui, le temps étant venu de remettre son héritage », a-t-elle conclu. « La congrégation est heureuse que la Ville de Montréal manifeste son intérêt ».

l'autel se trouvait dans la vieille chapelle

La petite chapelle de la Sainte-Vierge est nichée au centre de la propriété. Sa construction a commencé en 1861 et l’autel est celui qui se trouvait dans la vieille chapelle de la rue Saint-Paul. Photo : Anne-Louise Despatie

Le chef de l’Opposition officielle à l’hôtel de ville, Luc Ferrandez, a salué la « fantastique décision » de l’administration Coderre dans ce dossier. Il a vanté le site de patrimoine, de culture et de nature ainsi acquis et a remercié la congrégation « pour cette immense œuvre accomplie dans l’humilité ».

La vente de la propriété requerra l’autorisation du pape François. Son représentant à l’archevêché de Montréal, monseigneur Christian Lépine, était d’ailleurs d’ailleurs présent pour l’occasion.

L'allée de la chapelle en 1909

L’allée de la chapelle en 1909 Photo : ARHSJM

L'allée de la chapelle aujourd'hui

L’allée de la chapelle aujourd’hui Photo : Anne-Louise Despatie