La Canadienne Michaëlle Jean à la tête de la Francophonie

Ecrit par Association Nationale France-Canada on. Posté dans Actualité

Michaëlle Jean Vu sur TV5Monde

La canadienne Michaëlle Jean a été élue ce dimanche 30 novembre 2014 à la tête de l’Organisation Internationale de la Francophonie. Du journalisme à l’OIF en passant par le poste de Gouverneur général du Canada, son portrait est signé Grégory Fontana


Vu sur lemondefr


Vu sur LEXPRESS.fr

4 choses à savoir sur Michaëlle Jean, la nouvelle secrétaire générale de la Francophonie

L’Organisation internationale de le francophonie (OIF) a trouvé sa nouvelle secrétaire générale. C’est une femme et pour la première fois, elle n’est pas africaine.

Ils ont enfin réussi à se décider. C’est Michaëlle Jean qui dirigera la Francophonie au poste de secrétaire générale de l’OIF. Cette Canadienne a été nommée ce dimanche lors d’une réunion en huis clos des dirigeants à Dakar. L’organisation l’a annoncé sur son fil Twitter.

Première femme secrétaire générale de l’OIF… Pour la première fois, ce n’est pas un homme qui dirigera la Francophonie, mais cette Canadienne de 57 ans. Michaëlle Jean accède à un poste jusque-là exclusivement masculin, dirigé successivement par les chefs d’Etats égyptien, puis le Sénégalais Abdou Diouf .

Ancienne présentatrice vedette de Radio-Canada, Michaëlle Jean a été gouverneure générale du Canada entre 2005 et 2010 et envoyée spéciale de l’Unesco en Haïti.

Après une campagne justement axée les femmes, elle a été désignée par consensus des 53 pays membres de plein droit de l’OIF, a indiqué à l’AFP une source proche des discussions.

…et première non africaine Et c’est aussi une première. Depuis 1997, création de l’OIF, toutes les personnalités nommées au poste de secrétaire général de la francophonie étaient africaines. Comme son prédécesseur sénégalais Abdou Diouf, et celui d’avant Boutros Boutros-Ghali, égyptien. Michaëlle Jean, elle, est canadienne d’origine haïtienne.

Cette nomination modifie une règle implicite selon laquelle le secrétaire général vient d’un pays du Sud, voire d’Afrique exclusivement, tandis que l’administrateur lui, appartient habituellement à un pays du Nord.

Secrétaire générale pour faire quoi? « J’entends répondre aux besoins et aux attentes des Etats et gouvernements membres de l’OIF tout en donnant une nouvelle impulsion à la Francophonie », a déclaré, la nouvelle nommée. De belles paroles mais pour faire quoi?

« L’OIF est aujourd’hui résolument le chef de file de la promotion de la diversité linguistique et culturelle, elle qui réunit désormais le tiers des États des Nations Unies » écrit l’ex-gouverneur canadienne sur son site.

Concrètement, le rôle de l’OIF est d’abord de rassembler les 77 pays qui pratiquent la langue française. Soit environ 274 millions de locuteurs répartis sur les cinq continents. Michaëlle Jean porte désormais la casquette de porte-parole et de représentant internationale de ces pays, pour beaucoup africains.

Paix, droits de l’homme, solidarité, ses missions sont nombreuses et vont au-delà de la défense de la langue: développer la démocratie, régler les conflits, intensifier le dialogue entre cultures, rapprocher les peuples… Une charge lourde, qu’elle portera au moins quatre ans, la durée de son mandat. Et qu’elle accepte: « Je mesure la tâche qui m’attend et je veillerai à prendre grand soin de l’héritage que nous lègue le président Diouf », a ajouté Michaëlle Jean. La canadienne prendra ses fonctions dès janvier 2015, mettant fin au mandat de 12 ans d’Abdou Diouf.

S’engager pour la jeunesse et les femmes Plaidant pour une « francophonie moderne et tournée vers l’avenir », Michaëlle Jean compte mettre l’accent sur la jeunesse et les femmes. Un combat qu’elle menait déjà au Canada.

« Je suis une femme du Nord et du Sud,de conviction, qui entend donner une voix aux femmes et aux jeunes pour une Francophonie plus égalitaire, plus solidaire, plus forte et plus dynamique encore », a assurée l’ex-gouverneure lors de son plaidoyer dimanche au sommet de l’OIF à Dakar. Insistant: « Nos pays sont des pays de jeunesse. Il faut aussi donner aux jeunes toutes les raisons d’espérer. » C’est sur les femmes et les jeunes, « indissociables de la paix et de la stratégie économique », définitivement son thème de prédilection, que conclut la politicienne de 57 ans.