Fusillade à Toronto : 3 morts, dont le tireur, et 13 blessés

Article sur Le Point

La fusillade a éclaté en fin de soirée dimanche 22 juillet dans le quartier grec de la ville. Les motivations du tireur ne sont pas encore connues.

Fusillade a Toronto
Une jeune femme et une fillette ont été tuées après une fusillade à Toronto © AFP/ LARS HAGBERG

Une fusillade a fait trois morts – dont le tireur solitaire présumé abattu par la police – et treize blessés dimanche 22 juillet au soir à Toronto, la métropole économique du Canada, a annoncé la police locale. La fusillade a éclaté en fin de soirée, semant le chaos dans le très animé quartier grec de Toronto, des témoins affirmant que plus d’une vingtaine de coups de feu avaient été tirés. Une jeune femme de 18 ans et une fillette de 10 ans ont perdu la vie, outre le tireur, et treize personnes ont été blessées, a annoncé le chef de la police de Toronto Mark Saunders, en révisant à la hausse le nombre de victimes. Certains blessés sont encore dans un état « grave », a-t-il dit lundi en conférence de presse.

Le tireur a perdu la vie à la suite d’un échange de coups de feu avec la police, a poursuivi Mark Saunders. Il a souligné qu’il était trop tôt pour s’avancer sur les motivations du tireur qui a utilisé une arme de poing. Des voisins ont dit avoir entendu une série de coups de feu, suivie par des cris de gens qui fuyaient. « Il y a eu beaucoup de coups de feu : des tirs, puis une pause, puis de nouveaux tirs et à nouveau une pause. Il doit bien y avoir eu 20 ou 30 coups de feu. Nous nous sommes mis à courir », a déclaré un témoin, John Tulloch, cité par le Globe and Mail.

« Les armes sont trop accessibles à trop de gens »

Condamnant cette « tragédie », au cours du même point de presse, le maire de Toronto, John Tory, a invité la population à « rester calme » et à éviter « de tirer des conclusions » sur les motivations de cette fusillade en attendant les résultats de l’enquête policière. En avril, un homme au volant d’une camionnette avait foncé sur des piétons à Toronto, tuant 10 personnes et en blessant 15, une des attaques les plus meurtrières dans le pays. Pour le maire, la fusillade de dimanche soir témoigne du fait que sa ville a « un problème d’armes à feu ». « Les armes sont trop accessibles à trop de gens », a-t-il déploré.

La semaine dernière, la police de Toronto avait annoncé un plan de réduction de la violence par armes à feu, avec un renfort de quelque 200 policiers supplémentaires, destinés à être déployés entre 19 heures et 3 heures dans les quartiers sensibles de la métropole. Toronto a été ces derniers temps le théâtre d’un accroissement de la violence par armes à feu, dû principalement aux gangs. Depuis le début de l’année, Toronto avait connu jusqu’à dimanche 212 fusillades, qui ont coûté la vie à 26 personnes, contre 188 échanges de coups de feu et 17 morts par armes à feu pendant la même période l’année dernière. Le nouveau Premier ministre de la province de l’Ontario, Doug Ford, a dénoncé sur Twitter un « horrible acte de violence par arme à feu à Toronto », adressant ses pensées aux victimes et à leurs proches.