Français du monde. Les clés du succès pour s’installer au Canada

Entretien de Emmanuel Langlois pour France Info

De plus en plus de Français s’expatrient là-bas, un pays qui choisit son immigration

L'Express Réussir - "S'installer au Canada" (L'EXPRESS)
L’Express Réussir – « S’installer au Canada » (L’EXPRESS)

Pour bien préparer son départ pour une installation au Canada, il y a plusieurs aspects à examiner avant de prendre des décisions. C’est ce que précise cet entretien avec Valérie Lion, rédactrice en chef de L’Express Réussir – S’installer au Canada qui sort ces jours-ci.

– On a vu le Québec la semaine dernière. Le Canada dans son ensemble attire aussi beaucoup les Français, il n’y a pas que le Québec dans la vie ?

– Non, Il y a ce qu’on appelle le « ROC », Rest Of Canada, ce sont les autres provinces, et effectivement quand les Français pensent Canada, souvent ils pensent Québec, et même ils pensent Montréal, et c’est vrai que Montréal est la porte d’entrée de la majorité des Français au Canada, mais ils sont en train de découvrir le Canada au-delà, c’est-à-dire les autres provinces, notamment l’Ontario avec Toronto, qui attire de plus en plus de Français, ce qu’on appelle les provinces maritimes, c’est-à-dire la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick, qui est la seule province officiellement bilingue du Canada.

Valérie Lion
Valérie Lion, rédactrice en chef de « L’Express Réussir – S’installer au Canada » : « Fin 2017, les Français étaient près de 104 000 inscrits au registre consulaire canadien. On peut estimer qu’ils sont à peu près le double au Canada. » (PHOTO ERIC GARAULT POUR L’EXPRESS)

Et puis après, il y a évidemment les grandes plaines et l’ouest. Dans le numéro, on raconte notamment tous ces Français qui sont par exemple arrivés par l’est et qui, petit à petit, vont plus au sud, vers l’Ontario ou vers l’ouest, et qui découvrent finalement un autre pays presque, ou en tout cas un pays d’une diversité incroyable, et qui vivent presque une seconde expatriation en changeant de province, parce qu’entre l’est et l’ouest, c’est 6.000 kilomètres et ce sont des mondes un petit peu différents.

– Il y a beaucoup de Français là-bas ? 

– Beaucoup de Français, et un nombre en augmentation régulière, puisque fin 2017, ils étaient près de 104 000 inscrits au registre consulaire canadien, donc on peut estimer qu’ils sont à peu près le double au Canada. Et ce qui est frappant, c’est que c’est une attraction constante et croissante, qu’on peut expliquer par deux choses – d’abord le Canada recherche des immigrants, communique, dit qu’il ouvre ses portes aux immigrants. Le Canada est confronté pour un certain nombre de ses grandes villes au plein emploi aujourd’hui, donc a besoin de main d’oeuvre. – Et puis pour les Français, c’est le rêve des grands espaces, d’un pays où tout est encore possible, d’un nouveau monde, plus proche de nous en tout cas culturellement, un monde avec lequel il existe des passerelles.

Parc ouvert Université Mc Gill
Le parc ouvert à tous de l’Université Mc Gill à Montréal (Photo Emmanuel Langlois)

– Vous donnez pas mal de conseils dans ce numéro L’Express Réussir s’installer au Canada pour préparer son immigration parce que là-bas, c’est une immigration choisie, ça veut dire qu’on ne prend pas tout le monde ? 

– Et non, c’est pour cela que toute une partie du magazine est consacrée aux conseils et aux démarches pour immigrer, les étapes à franchir. Effectivement c’est une immigration choisie, c’est une sélection. Vous avez des points en fonction de votre profil de formation, de votre expérience, de votre maîtrise des deux langues officielles du Canada qui sont le français et l’anglais. Et donc, une immigration au Canada se prépare méthodiquement.

La skyline de l'île de Montréal
La skyline de l’île de Montréal vue depuis l’île Sainte-Hélène (Photo Emmanuel Langlois)

– On peut aller travailler, vivre, faire des enfants, construire une famille et… étudier ? 

– On peut aussi étudier, c’est-à-dire qu’on ne part pas forcément pour une immigration définitive ou très longue. On peut partir étudier pour un semestre. Il existe beaucoup d’échanges entre les universités françaises et canadiennes mais on peut aussi partir faire un cursus complet au Canada, dans des universités prestigieuses, puisque le Canada compte de grandes universités comme Mc Gill à Montréal ou Waterloo en Ontario. On trouvera des universités d’une grande qualité avec un coût évidemment beaucoup moins élevé qu’aux Etats-Unis.

Retrouvez L’Express Réussir s’installer au Canada en kiosque.