Les Indiens du Canada préfèrent mourir

Ecrit par Association Nationale France-Canada. Posté dans Actualité

Article du journal Le Monde

Dans le village canadien d'Attawapiskat, plus de 100 Indiens Cris ont tenté de se suicider depuis septembre.Ils sont cinq jeunes, ce vendredi 15 avril, à avoir tenté de se suicider. La semaine précédente, ils étaient 13, dont un garçon de 9 ans, à avoir conclu un sinistre pacte : mettre fin à leurs jours. Alertées par un adulte ayant surpris leur conversation, les autorités les avaient immédiatement conduits à l’hôpital pour une évaluation psychologique.

«J’implore le gouvernement»

Car à Attawapiskat, on ne prend pas ce genre d’intention à la légère. Dans ce village de 2.000 habitants dans le nord de l’Ontario, 86 membres de la nation Cris ont essayé de mourir en septembre dernier. Ils étaient 28 en mars. Même s’il est plus marqué chez les jeunes, le phénomène touche tous les âges, de 11 à 71 ans. Si bien que le chef d’Attawapiskat, Bruce Shisheesh, a déclaré l’état d’urgence et donné l’alarme. «J’implore nos amis et le gouvernement, nous avons besoin d’aide. J’ai des cousins et amis qui ont tenté de se suicider», a-t-il déclaré à la télévision canadienne.

Ce village autochtone n’est pas le seul à faire face à une vague de suicides. En mars, une autre tribu Cris, Pimicikamak, plus à l’ouest, dans le Manitoba, avait elle aussi déclaré l’état d’urgence après la mort de plusieurs adolescents et 140 tentatives et menaces de suicide en trois mois. Même phénomène chez les Inuits de Kuujjuak, dans l’Arctique québécois, avec le suicide de cinq jeunes, âgés entre 15 et 20 ans.

«Il y a depuis longtemps de graves questions de santé mentale et de toxicomanie dans certaines communautés.» un porte-parole du ministère de la santé.

L’Assemblée des Premières Nations, l’organisation qui représente les 634 communautés amérindiennes à travers le Canada, décrit «une tragédie nationale qui exige une action immédiate». Sa présidente, Perry Bellegarde, a réclamé la mise en place d’«une stratégie nationale de lutte contre le suicide». Pour l’heure, à Attawapiskat, une équipe d’intervention de crise de 18 personnes, composée de travailleurs sociaux et d’intervenants en santé mentale, a été dépêchée en urgence. «Il y a depuis longtemps de graves questions de santé mentale et de toxicomanie dans certaines communautés», a reconnu un porte-parole du ministère de la santé dans la presse canadienne.

En 2007 déjà, une étude publiée par la Fondation autochtone de guérison (aujourd’hui dissoute) avait révélé que le taux de suicide chez les jeunes autochtones du Canada (Premières Nations, Inuits et Métis) était cinq à six fois supérieur à la moyenne nationale canadienne. Des communautés par ailleurs plus exposées à l’alcoolisme et à la violence. Les conditions de vie de ces populations sont pointées du doigt. Insalubrité des abris (sans eau ni électricité), surpeuplement (les familles s’entassent souvent à quinze dans quelques mètres carrés), taux de chômage élevé (jusqu’à 80% dans certaines réserves), isolement (la ville la plus proche d’Attawapiskat, par exemple, est à 500 kilomètres) …

Les conséquences d’un «génocide culturel»

Autant de maux qui viennent s’ajouter à un traumatisme plus ancien: des générations ont été marquées par les séjours forcés en pensionnats organisés par le gouvernement jusque dans les années 1990. Des internats destinés à «évangéliser» et «assimiler» les enfants des réserves. En décembre dernier, la Commission de vérité et réconciliation du Canada a estimé que cette pratique avait constitué un « génocide culturel »

Ce n’est pas la première fois que les tribus autochtones tentent d’alerter les autorités sur les conditions de vie déplorables des 1,4 million d’Amérindiens, Métis et Inuits qui composent un peu plus de 4% de la population du Canada. En octobre 2011 déjà, la chef de la réserve d’Attawapiskat avait elle aussi décrété l’état d’urgence. Un an plus tard, elle avait planté son tipi dans la neige sur l’île de Victoria, près du Parlement canadien, à Ottawa, avant d’entamer une grève de la faim. Sans beaucoup de succès.

Cette fois-ci, le gouvernement de Justin Trudeau a prévu d’injecter 8,4 milliards de dollars en cinq ans pour améliorer les infrastructures, les logements et l’éducation. Dans un tweet daté du 10 avril, le premier ministre canadien a écrit que ces événements lui « brisaient le cœur » et promis d’« améliorer les conditions de vie pour tous les peuples autochtones ».

Exposition Marcel BARIL, peintre et conteur, à la MEC

Ecrit par Association Nationale France-Canada. Posté dans Activités Extérieures

90 ans MECDans le contexte des festivités du 90e anniversaire de la Maison des étudiants canadiens (MEC)

Le directeur, Louis Jolin, a le plaisir de vous inviter au vernissage de l’exposition MARCEL BARIL PEINTRE ET CONTEUR le vendredi 22 avril 2016, à 13 heures, à la Maison des étudiants canadiens de la Cité internationale universitaire de Paris.

 

Réservation auprès de Hanane Hadjloum : hananehadjloum1@gmail.com  MEC

Maison des étudiants canadiens – 31, boulevard Jourdan – 75014 Paris

60ème anniversaire de Perche-Canada

Ecrit par Association Nationale France-Canada. Posté dans Activités des Comités

Samedi 2 et dimanche 3 avril, Perche-Canada a fêté son 60ème anniversaire aux Muséales de Tourouvre, Musée de l’Émigration Française au Canada (qui fêtait elle même son 10ème anniversaire).Accueil de M L'Ambassadeur

En présence de nombreuses personnalités, Perche-Canada, en la personne de son Président Michel Ganivet, a accueilli l’Ambassadeur du Canada, l’Honorable Lawrence Cannon, notre Président de l’Association Nationale France-Canada, Bruno Bourg-Broc et Pierre Guimond accompagnés de leur épouse et de nombreux amis canadiens.

L’Ambassadeur et sa suite ont inauguré l’exposition « Perche et Canada, 4 siècles d’histoire », visible aux Muséales de Tourouvre jusqu’au 30 octobre 2016. Ensuite, cette exposition tournera là où elle sera demandée.

Explication des vitrauxMonsieur l’Ambassadeur a ensuite visité l’église de Tourouvre, où de nombreux premiers émigrants ont été baptisés, et s’est fait expliquer le sens des vitraux Mercier :

  • L’émigrant parti au début du 17ème siècle auquel son père dit « N’oubliez ni Dieu ni la France »
  • et son descendant Honoré Mercier, 1er Ministre du Canada, à la fin du 19ème siècle revenu à Tourouvre où il a offert un second vitrail « Nous n’avons oublié ni Dieu ni la France »

Une comédie en chansons d’airs québécois, spectacle gratuit, a été suivie d’un diner réunissant plus de 60 participants.

Le lendemain, Monseigneur Habert, évêque de Séez, a concélébré une messe solennelle, suivie d’un déjeuner et l’après-midi Michel Ganivet a fait une visite guidée pour toutes les personnes qui le souhaitaient.

TF1 était présent lors des divers manifestations et vous pourrez voir ces deux journées très réussies lors de l’émission « Reportages » qui passe le samedi et le dimanche (date de diffusion pas encore précisée).

Vous pouvez retrouver de nombreuses photos et commentaires sur la page Facebook de Perche-Canada ainsi que sur leur site !

Maudit français !

Ecrit par Association Nationale France-Canada. Posté dans Immigration

Maudits français !Pour ceux qui se posent la question : « immigrer au Canada, qu’est-ce que c’est vraiment ? », voici une série très bien faite. Laure et Cyril partagent leur expérience par le biais de cette série (une quinzaine de courtes vidéos), proposée sur Francolab.ca  pour perfectionner son français.

Jeunes trentenaires strasbourgeois, Laure et Cyril décident de faire le saut et de commencer une nouvelle vie au Québec. Pendant un an, de leurs premières démarches à leur installation, ils nous proposent de les suivre dans leur processus d’intégration et de partager avec nous, toujours avec humour, leurs coups de cœur et les difficultés qu’ils rencontrent.

60 ans de Perche-Canada

Ecrit par Association Nationale France-Canada. Posté dans Activités des Comités

Chers Amis de France-Canada,

C’est avec grand plaisir que j’ai participé à l’assemblée générale de l’association Perche-Canada, ce samedi 2 avril. Plaisir également de retrouver, en cette célébration des 60 ans de ce comité, Messieurs Lawrence Cannon, ambassadeur du Canada, Pierre Guimond et Louis de Lorimier.

L’organisation de ce week-end festif montre une fois de plus le dynamisme de ce comité qui a eu la pertinence de mettre sur pied un voyage au Canada en 2017. Ce voyage se déroulera au moment du congrès France-Canada à Montréal en cette année de commémoration des 150 ans de la Confédération du Canada.Bruno Bourg-Broc

Tout cela nous montre combien nous devons et allons continuer à travailler avec nos comités locaux.

Merci et toutes mes félicitations à Monsieur Ganivet et son équipe.

Bruno BOURG-BROC


Retrouvez les photos de ce week-end sur la page Facebook de Perche-Canada.

Québec II sur la route du Grand Nord

Ecrit par Association Nationale France-Canada. Posté dans Activités Extérieures, Actualité

LogoConnaissance du Monde vous propose de découvrir le film documentaire : Québec II – Sur la route du Grand Nord

En bon aventurier québécois, André Maurice vous convie à une expédition inédite dans les régions nordiques et les confins inexplorés de sa province.

De Montréal, il vous emmène en Gaspésie, sur la Côte-Nord, dans les îles de Mingan et d’Anticosti, à la découverte des splendeurs de la faune, de la flore, de la géologie et du patrimoine maritime. À la Baie-James, il vous révèle les entrailles d’une centrale hydroélectrique et la sagesse du peuple cri. Après une escale à Québec, il vous entraîne sur les lacs gelés du Saguenay-Lac-Saint-Jean et dans le sillon neigeux des trappeurs de l’Abitibi-Témiscamingue, jusque chez les Inuits, peuple arctique millénaire du Nunavik. En filigrane, il trace le lien vital entre les hommes et une nature vibrante de plus en plus menacée.

En bon aventurier québécois qui n’a pas froid aux yeux, André Maurice vous convie à une expédition inédite, au fil des saisons, dans les régions nordiques de sa province et leurs confins les plus inexplorés.

À partir de Montréal, il vous emmène à la découverte des

Concert de PARC X TRIO, jeune groupe de jazz canadien

Ecrit par Association Nationale France-Canada. Posté dans Activités Extérieures, Vidéos

La Cave du 38 Riv’- Jazz Club vous propose de découvrir ou redécouvrir PARC X TRIO, jeune groupe de jazz canadien très prometteur, le 5 avril à 20H30. Cette date marque le début de leur tournée européenne Never Give Up à l’occasion de la sortie de leur nouvel album «Live at Victor» en mars 2016.



PARC X TRIO est un trio de jazz contemporain instrumental montréalais, formé de Gabriel Vinuela-Pelletier (piano et composition), d’Alex Lefaivre (basse et composition) et d’Alain Bourgeois (batterie). Lauréat du Grand Prix de Jazz TD 2010 au Festival International de